UA-37637260-1

La révolution médiatique

Vers la fin des médias ?

Tags: ,

La fin des médiasLa démultiplication des canaux de diffusion conduit à une situation pour le moins paradoxale : ce foisonnement de médias présente-t-il un risque indéniable pour la pérennité des médias ?

En 2008, Steve Ballmer, CEO de Microsoft, prophétise une extinction définitive des médias imprimés au profit de leur version on-line en moins de 10 ans.

« Nous ne consommerons plus les médias autrement que par le biais du réseau IP d’ici 10 ans. Il n’y aura plus ni journaux, ni magazines sous format papier. Tout sera diffusé sous forme électronique. »

Si cette apocalypse demeure un grand thème de débat, elle pose la question de ce qui peut être aujourd’hui considéré comme un média ou pas. Selon Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS et spécialiste du monde des médias,

« Internet n’est pas un média. Un tuyau, aussi performant soit-il, n’est pas un média. Un vrai média émane d’une logique de l’offre. C’est le cas d’un journal, d’une radio, d’une télé, qui propose à un public, qui prend ou pas. Le Net est, lui, du côté de la demande : l’utilisateur va y piocher ce qu’il veut, quand il le souhaite. »

Cette affirmation était vraie à l’heure du Web 1.0. Aujourd’hui, le Net est devenu un support d’échange, une tribune où les contenus issus des émetteurs et des récepteurs fusionnent, se recoupent, voire s’additionnent. Mais est-il pour autant un média ? Et si oui, quel est alors le rôle de l’écran d’ordinateur ou de celui du téléphone portable ?

Une redistribution du rôle des médias

Les nouveaux modèles fixés par l’univers du numérique ont largement brouillé les frontières entre contenus, support, canaux de diffusion et support de l’information. C’est cette redistribution des rôles qui explique en partie la crise existentielle que traversent la plupart des médias dits « traditionnels » et remet en question les modèles économiques de la plupart d’entre eux. Elle conduit finalement à une spécialisation des métiers entre les producteurs de contenus, ceux qui se chargent de les véhiculer et les différents terminaux permettant de les recevoir. La notion de média telle qu’il était de coutume de les circonscrire (la presse, la radio, la télévision et l’affichage), est donc en train de disparaître.

La supériorité des contenus sur les médias

Aujourd’hui, la plupart des titres de presse sont déclinés, de manière intégrale ou partielle, sur Internet, confirmant la supériorité des contenus sur le média qui les véhicule. Certains titres historiques font même le choix d’une migration totale et plus ou moins contrainte vers le Web. Ainsi, le quotidien économique la Tribune, lancé dans les années 80, a décidé de quitter le support papier en 2012 pour une réorganisation de ses contenus sur Internet. Tout comme le journal américain Newsweek, en fortes difficultés financières. D’autres font le chemin inverse, tel le site marmiton.org qui a lancé, 10 ans après l’ouverture de son site, un magazine de recettes imprimé sur papier recyclé. Rue89, le pure player d’information, a suivi un temps la même tendance avant de faire le pari des tablettes. Politico.com, aux États-Unis, se considère comme un site Internet d’information politique « qui a un journal, et non l’inverse ». Des exemples qui donnent à penser que les contenus le remportent sur le support, l’important restant l’expérience de l’utilisateur.

« Les consommateurs sont prêts à acheter du contenu à forte valeur ajoutée, que ce soit de la musique, des jeux ou des articles de presse, mais la clé de la réussite tient en un seul mot: simplicité », rappelle Thomas Loignon, directeur des Nouveaux Médias au sein du Groupe La Tribune.

Au travers de tous ces exemples, on en vient donc à se poser la question de l’avenir de la notion de média. Le média semble redevenir aujourd’hui ce qu’il a finalement toujours été, et que l’industrialisation du monde de l’information avait fini par nous faire un peu trop oublier : un simple support à des flux d’informations plus qu’une finalité.

Tags: ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LA REVOLUTION DES CONTENUS

la révolution des contenus le livre dont sont issus les contenus de ce site
> En savoir +

Ca se passe sur Twitter

Suivre sur les réseaux sociaux