Étiquette : télévision

Double, triple et quadriplay : convergence ou (dé)multiplication numérique ?

La révolution numérique entraîne un étrange paradoxe : la multitude des canaux de diffusion (hertzien, numérique, imprimé, wi-fi, 3G, filaire, fibre optique, satellite), de flux (mail, rss, messagerie, réseaux sociaux) et des supports de réception (presse, affichage, télévision, ordinateur, laptop, mobile, smartphone, tablette, etc.) entraîne un phénomène de convergence amorcé depuis le début de la digitalisation de notre société. On tend vers une dématérialisation croissante de la variété des supports. Le CD et le DVD, fleurons et symboles de l’émergence de l’ère numérique, tendent aujourd’hui à disparaître alors qu’on ne compte plus les articles prédisant la fin du livre et de la presse imprimée. On assiste ainsi à la nécessité de voir apparaître de nouveaux supports, proposant une forme de synthèse technologique et médiatique des contenus.

De quelle révolution parle-t-on ?

D’un point de vue purement matériel, on est en droit de se demander si on assiste véritablement à une révolution. Depuis les années 70 et l’avènement du micro-ordinateur de bureau, force est de constater que les outils n’ont évolué réellement que sur le plan du pure design. Si on se situe d’un point de vue utilisateur, on peut même dire que le matériel reste depuis toujours articulé autour de la même interface de réception, matérialisée par l’écran, et d’une interface de saisie et d’interaction, incarnée par le clavier et, dans une moindre mesure, par la souris. Mais si on tire le bilan, on ne peut pas dire qu’il y a eu une disparition massive d’un matériel au profit d’un autre.

Les enjeux de l’éditorialisation

La prolifération de ces contenus de masse pose désormais la question de l’organisation de cette matière première. Jusqu’à présent, le monde des médias se caractérisait par sa capacité à ordonner un contenu, à l’intégrer dans une ligne éditoriale, une grille…

Quand la publicité nous raconte des histoires

La publicité sur Internet ne se cantonne pas aux seules techniques d’affichage qui, aussi perfectionnées soient-elles, ne sont finalement pas très différentes de la mécanique de mémorisation d’une annonce presse traditionnelle. Les multiples formats et domaines d’expression disponibles sur le Web donnent aux créatifs un terrain de jeu inédit. Et les fonctionnalités du Web un levier de performance inédit pour la publicité. Depuis l’avènement du haut débit, vidéos, animations, jeux, courts métrages, fausses pubs, quiz ou expériences ésotériques s’échangent régulièrement sur la toile. Les marques ont eu tôt fait de s’engouffrer sur ce marché ultra-dynamique et tentent de profiter de la créativité du secteur pour occuper le terrain. L’objectif est simple : sortir la marque du format publicitaire traditionnel, source de suspicions et de rejet, pour la plonger dans un contenu original permettant de créer une connivence avec le consommateur citoyen.