Étiquette : Google

Accès aux contenus : le dogme de la gratuité

Internet apparaît aujourd’hui encore comme un terrain de liberté. À ce titre, il s’impose par extension comme un domaine de libre accès à une information pléthorique. « Le Web est devenu le monde de la gratuité », nous dit Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired. « Les coûts sur Internet vont tous dans la même direction : vers zéro (…). Il est désormais clair que tout ce que le numérique touche évolue vers la gratuité » complète-t-il. De fait, le Web a, dès son origine, installé la gratuité en tant que principe de base, remettant en question le modèle économique des acteurs traditionnels, bousculés par celui des nouveaux arrivants comme Google.

De l’expertise individuelle à l’intelligence collective

L’émergence des médias numériques conduit bien à une nouvelle vision de la structure de nos sociétés, qui ne répond plus à une organisation centralisée et hiérarchisée, mais bien à une structure collaborative, matricielle, autogérée. L’accès à l’information, l’émergence des carrefours d’expression, la faculté de dialogue donnent la matière à une nouvelle forme d’anthropologie des individus connectés. Nos sociétés établies en communautés interconnectées s’apparentent de plus en plus aux modèles d’organisations sociales complexes établies chez certaines espèces comme les abeilles, les fourmis ou les oiseaux migrateurs. Elles démontrent qu’une société fondée sur la communication et l’instinct peut conduire à une certaine forme d’intelligence collective.

Sérendipité et surinformation : des filtres nécessaires

Le principe même de recherche sur le Web favorise la sérendipité, c’est-à-dire la capacité à se laisser conduire, de lien en lien, vers une information qu’on ne cherchait pas forcément à l’origine. Le foisonnement des résultats d’un moteur de recherche, les liens hypertextes connectant un type de contenu à un autre, la dimension encyclopédique elle-même du Web permettent à tout un chacun d’accéder à un volume considérable d’informations qu’il devient désormais difficile d’appréhender.

Le cloud conputing : la tête dans le contenu

L’émergence de l’omni-connexion comme norme a peu à peu donné naissance à une nouvelle façon d’imaginer le stockage des données numériques. Les usages de portabilité voulant qu’aujourd’hui on puisse avoir accès aux mêmes contenus de son desktop, son mobile, sa télévision ou sa box conduisent nécessairement à un besoin de stockage centralisé sur des serveurs non plus locaux mais désormais distants et partagés. Donnant naissance à un nouveau terme qui concentre aujourd’hui l’attention de nombreux industriels, tant les enjeux qui en découlent sont colossaux : le cloud-computing, ou informatique en nuage en (mauvaise) traduction française.

Les enjeux de l’éditorialisation

La prolifération de ces contenus de masse pose désormais la question de l’organisation de cette matière première. Jusqu’à présent, le monde des médias se caractérisait par sa capacité à ordonner un contenu, à l’intégrer dans une ligne éditoriale, une grille…

Profilage des contenus et libertés individuelles : les risques de débordement

Compte tenu des intérêts qui sont en jeu, la généralisation des techniques de profilage publicitaire ne va évidemment pas sans l’arrivée concomitante de quelques conflits d’intérêts. Mettant parfois à mal le respect des droits des personnes à contrôler la diffusion de leurs données personnelles, conformément à la directive européenne 95/46/CE. Selon un baromètre réalisé par ETO et le cabinet d’études Market Audit, 76 % des personnes interrogées estiment que le stockage des données les concernant est problématique, 70 % d’entre elles estimant n’être pas suffisamment informées de l’utilisation qui en est faite par la suite.